Intégrer une formation médicale sans passer par la PACES, c’est possible !

Pour éviter aux étudiants de repartir de zéro après un échec en PACES (Première Année Commune des Etudes de Santé), 10 universités en France expérimentent de nouvelles solutions qui permettent d’intégrer directement la 2e année d’études de santé. Entre création d’une nouvelle licence et admissions parallèles, Cours Larrey fait le point sur ce que les universités ont imaginé.

Les 10 facultés de médecine pionnières se penchent sur la question depuis 2014 et les expérimentations pourraient se poursuivre jusqu’à l’horizon 2020. La solution qui finira par être retenue sera celle qui aura démontré son efficacité.

Les universités de Paris Descartes, Paris Diderot, Paris Bobigny SMBH et Saint-Etienne testent une admission en 2e année de médecine après une Licence 2 ou une Licence 3 validées (sciences, droit, économie, gestion, etc.). Les meilleurs éléments peuvent suivre, en plus de leur formation, des enseignements spécifiques complémentaires empruntés à la PACES. Les étudiants qui ont validé leur licence sont admis à passer (dans le numérus clausus) en 2e année de médecine en fonction de leurs notes et de leur motivation. S’il n’est pas admis, l’étudiant ne perd pas son année et peut poursuivre sa formation puisqu’il aura validé sa licence.

La faculté de médecine de Rouen expérimente sur un contingent de 120 étudiants la solution d’une licence Sciences pour la Santé. Après avoir validé 2 ou 3 années de formation post-bac, ces candidats peuvent intégrer la 2e année d’études de santé sans passer par la PACES. Deux critères pour être éligible : obtenir au moins 12 de moyenne générale et passer avec succès un oral de motivation. 15 % du numerus clausus (6 % en fin de 2e année et 9 % en fin de 3e année) est consacré aux étudiants qui suivent la licence Sciences pour la Santé.

Les facultés de Strasbourg et de Poitiers testent l’admission directe en 2e année d’études de Santé après une Licence 2 « Sciences du vivant » pour Médecine, Odontologie et Maïeutique), et Chimie pour Pharmacie. La sélection tient compte des résultats obtenus par le candidat et de sa motivation (oral d’entretien). Le nombre de places reste cependant limité : l’université de Strasbourg (resp. Poitiers) offrait 15 places en Médecine, 2 en Maïeutique, 31 en Pharmacie et 5 en Odontologie pour la rentrée 2016 (resp. 10 places en médecine, 2 en Maïeutique et 5 en Pharmacie).

La faculté de Tours teste quant à elle une admission en 2e année de médecine, admission subordonnée à la validation d’une L2 ou L3 « Sciences de la matière » ou « Sciences de la vie », d’une part, et de trois Unités d’Enseignement, d’autre part. Seuls 20% des étudiants sont éligibles, et les meilleurs d’entre eux pourront intégrer la 2e année de médecine dans la limite des places offertes dans le numérus clausus.

Dans tous les cas, intégrer une formation médicale sans passer par une PACES, reste une entreprise compliquée !